Sommaire

 

Les symptômes d'un lymphome ne sont généralement pas spécifiques. Outre le gonflement des ganglions lymphatiques, de nombreux signes généraux peuvent éveiller les soupçons. Ceux-ci dépendent également de la localisation et du stade du lymphome.

Lymphome : symptômes non spécifiques

Les lymphomes non hodgkiniens (LNH) et la maladie de Hodgkin entraînent une série de symptômes qui ne sont pas spécifiques. Cela signifie que ces symptômes peuvent s'observer dans d'autres pathologies et qu'ils ne permettent pas, à eux seuls, d'établir le diagnostic de lymphome.

Lymphomes : signes non spécifiques

Les symptômes non spécifiques du lymphome sont :

  • des ganglions lymphatiques enflés (adénopathie) ;
  • une fatigue anormale (baisse d'énergie) ;
  • parfois une éruption cutanée (eczéma) et/ou des démangeaisons.

Les symptômes des lymphomes de Hodgkin sont les mêmes avec une augmentation du volume de la rate. L'atteinte de la moelle osseuse et des os est d’autant plus fréquente qu’il existe des signes généraux et que l’extension de la maladie est importante.

Lymphomes : symptômes systémiques

Avec la progression du cancer, d'autres signes, plus généralisés, peuvent faire leur apparition. On parle de symptômes systémiques ou symptômes B. Il s'agit :

  • de sueurs nocturnes extrêmement abondantes ;
  • d'une perte d'appétit ;
  • d'une perte de plus de 10 % du poids corporel en l'espace de 6 mois ;
  • d'une fièvre supérieure à 38 °C sans cause évidente et qui peut persister plusieurs semaines avec des signes biologiques d'inflammation (augmentation de la vitesse de sédimentation notamment).

Premier symptôme du lymphome : le gonflement des ganglions lymphatiques

Le gonflement des ganglions lymphatiques est signe d'une inflammation.

Rôle et action des ganglions lymphatiques

Leur rôle étant de produire des globules blancs, les ganglions lymphatiques vont s'activer en cas d'infection afin que les lymphocytes bloquent les agents pathogènes qu'ils savent reconnaître. C'est ce qui entraîne leur gonflement. Cette réaction défensive est normale, même dans le cas d'une petite infection. Par exemple, les ganglions du cou vont enfler en cas d'angine et ils seront dans ce cas sensibles au toucher.

Angine

Article

Lire l'article Ooreka

Gonflement symptomatique en cas de lymphome

C'est un peu le même phénomène qui se produit en cas de cancer des ganglions. Dans les lymphomes, les ganglions les plus souvent concernés sont ceux du cou, de l'aisselle et de l'aine. Plus rarement, ceux situés près des oreilles ou du coude peuvent être enflés.

Ils sont généralement indolores mais, plus ils deviennent volumineux, plus ils ont tendance à comprimer les tissus ou les organes voisins ce qui peut provoquer une gêne ou, à terme, des douleurs. Par exemple, une adénopathie au niveau de l'aine peut entraîner des jambes lourdes et un gonflement des chevilles si le retour veineux est rendu difficile par une compression des veines. De même, des ganglions enflés au niveau de l'abdomen peuvent provoquer des ballonnements ou des douleurs dans le dos.

Lire l'article Ooreka

Autres symptômes du lymphome selon sa localisation

D'autres symptômes de lymphome peuvent être retrouvés en fonction de sa localisation :

  • En cas de lymphome pulmonaire, on pourra observer des troubles respiratoires (dyspnée, toux, etc.).
  • S'il s'agit d'un lymphome gastrique, on aura parfois :
    • des troubles digestifs ;
    • des nausées et des vomissements ;
    • une gêne ou une douleur abdominale ;
    • une masse ou un gonflement anormal au niveau du ventre ou un foie enflé (hépatomégalie) ;
    • une anémie (en raison d'une hémorragie digestive).
  • Un lymphome de la rate se traduira notamment par une rate enflée (splénomégalie).
  • Si la moelle osseuse est concernée, on retrouvera :
    • un faible taux de cellules sanguines ;
    • une sensibilité anormale aux infections ;
    • des hématomes et des saignements fréquents.
  • En cas de lymphome du cerveau, on aura :
    • des maux de tête ;
    • des difficultés à se concentrer ;
    • des problèmes pour bouger certaines parties du corps ;
    • des troubles de la personnalité ;
    • des crises d'épilepsie parfois.
Lire l'article Ooreka